Le point de la première journée de grève à l’intérieur du pays

0
319

A Kindia, le syndicat libre des   enseignants et   chercheurs de guinée n’a pas reculé, il a mis en exécution  son mot d’ordre de grève, ce lundi, certains enseignants de cette structure syndicale en service dans la capitale de légumes  ont boudé les salles de classe dans plusieurs écoles de la place.

 LA grève générale  du syndicat libre des enseignants chercheurs de guinée (slecg), Version Aboubacar Soumah est entrée EN vigueur ce lundi 12 février 2018, sur toute l’étendue du territoire nationale. A BOKE aucun cours n’a été suivi dans les établissements scolaires publics et privées de la commune urbaine.
Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) version Aboubacar SOUMAH, a entamé, ce lundi 12 février, une grève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire national.Dans la commune urbaine de Mamou, ce mot d’ordre a largement été suivi par les enseignants de la ville.
La grève déclenchée par le SLECG de Aboubacar Soumah en ce Lundi 12 février 2018 semble être bien suivi dans la ville de Labé ou toutes les écoles ont été paralysées par le mot d’ordre.  Abandonnées par les enseignants dans les salles de classes, les élèves ont aussitôt investi les rues de la commune urbaine de Labé en scandant des propos hostiles aux autorités locales et nationales de l’éducation.
A Kankan, ce mot d’ordre de grève lancé par le SLECG n’a été suivi seulement qu’au lycée 3 Avril, où sur les 18 enseignants programmés seuls 8 ont répondu présents. Une situation que déplore Ibrahima Kalil Condé alias I.K.C, le secrétaire général du SLECG version Soumah à Kankan.
IDY
Guinéepanorama.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here