Kindia : le probable maire élu de l’UFDG s’impatiente face aux retards accusés pour l’installation des conseillers communaux (Grande Interview)

0
667

 Les dernières élections communales ont eu lieu en Guinée, le 04 février 2018. Trois mois après, les guinéens attendent toujours de connaitre leurs différents conseillers communaux et leurs maires. Le candidat tete de liste de l’UFDG, dans la commune urbaine de Kindia, s’impatiente et dit etre lassé de ce retard accusé. Abdoulaye Bah  s’est confié, dans la rubrique « Grande Interview », au correspondant du site guineepanorama.com, basé à Kindia. Il s’est entièrement livré, en répondant à toutes les questiosn liées au déroulement du processus à Kindia et dans tout le pays.

Lisez ci-dessous, en intégralité cet entretien fructueux.

Guineepanorama.com : Bonjour Monsieur le maire

Abdoulaye Bah : Oui bonjour

Guineepanorama : Comment vivez vous la période post électorale, plus de deux mois après les élections ?

, » je suis triste, je suis malheureux, je suis frustré… »

Abdoulaye Bah : C’est une déception, une tristesse de voir que dans ce pays, ceux  qui aspirent au développement, au bonheur, au respect de voir bloquer, par la volonté de certaines personnes qui s’estiment responsables. Ce n’est nullement responsable de travailler comme ça dans un pays ou la loi est claire, c’est le code électoral qui fixe toute les conditions d’organisation des élections en Guinée. Si ces critères sont remplis, les guinéens vont aller voter simplement naturellement pour leurs candidats, mais si cette loi est bafouée, tripatouillée. Voilà ce qui arrive un retard de deux mois. Je reviens à votre question, je suis triste, je suis malheureux, je suis frustré et nous nous sommes des jeunes qui devons travailler. Moi, j’ai 45 ans, je chôme pour le moment et je suis élu à kindia, j’aspire à travailler à suer, à utiliser mon énergie juvénile travailler pour ma patrie et pour ma commune qui m’a vu naître.

Guinée panorama : Il y’a eu des problèmes au lendemain de ces élections et nous appris que vous étiez au arrêt que c’est t’il réellement passé ?

Abdoulaye Bah : Nous avons été aux élections, le 4 février avec l’espoir, avec le souhait de voir les guinéens voter librement pour choisir leurs frères et sœurs qu’ils estiment capables pour diriger leur commune. A kindia, les gens sont allés voter massivement avec joie, patriotisme et le lendemain des élections, malgré l’implication triste avilissante humiliante des ministres d’État ici à kindia, en l’occurrence, Mr Oyé Guilavogui et Cheick Taliby Sylla, Madame la gouverneur de Kindia Sarangbè Camara, le député Fadiga et d’autre cadre du parti. Le jour des élections, on les a vu voter et faire voter des gens qui ne sont pas inscrits sur la liste de Kindia, c’est criminel, malgré ces implications de ces hauts fonctionnaires l’élection s’est passée bonna-malan donc le lendemain le 05 au début des centralisations, j’ai été informé que des PV acquis à nos fiefs étaient entrain d’être écartés, sans raison valable, or les articles 86 ,85 et 104 du code électoral ne prévoit pas qu’une CACV écarte un vote sacré des citoyens donc le président de la commission d’alors Yaya Keiraba Kaba s’était permis d’écarter des PV or il n’en n’avait pas le pouvoir. Il s’est permis d’écarter une 12ème enveloppe de nos fiefs et c’est ainsi que suis venu réagir.  Évidemment, il y’a eu des  incidents, j’avais mes résultats et le code électoral à la main, je suis venu mettre de l’ordre dans le désordre malheureusement,  il y’a eu l’arrestations de 24 personnes au total, il y’a eu mort d’homme. Tierno Alimou Barry est mort d’une hémorragie interne, lors des incidents, je me suis constitué en prisonnier politique, à la sûreté. Je me suis dit si on refuse de m’accorder le suffrage universel direct à la constitution alors de me mettre en prisons voilà ce qui s’est passé à kindia le 05 février.

Guinée panorama : votre libération est elle provisoire où définitive ? Est ce qu’il y’a un procès en vue contre vous ?

Abdoulaye Bah : Non non. Je me suis constitué comme prisonnier politique à la sûreté, on ne m’a pas touché. J’étais assis là-bas librement et après une heure de temps je suis rentré chez moi.

Guinée panorama : Depuis le 04 février, jour des élections communales, les conseillers communaux et les maires tardent à être installés, comment voyez vous tout cela ?

« Le RPG n’a pas gagné, il n’a qu’à s’en prendre à lui-même, ils ont été sanctionnés »

Abdoulaye Bah : C’est un gâchis, voilà un pays qui a été le centre de l’indépendance africaine mais qui, aujourd’hui est la risée de l’Afrique. Nous avons la honte d’être incapables d’organiser des élections nationales par des nationaux dans notre pays sans incidents. A quoi bon d’être indépendant ? C’est la question qui se pose aujourd’hui.  Donc, nous avons le regret de vivre ce que nous vivons, les élections se font dans les pays pour sélectionner ceux qui sont capables de résoudre des problèmes des populations mais si cela est fait et qu’on ne parvienne pas à donner les vrais résultats par ce qu’on veut privilégier le RPG. Le RPG n’a pas gagné, il n’a qu’à s’en prendre à lui-même, ils ont été sanctionnés par les urnes et ils refusent d’accepter le verdict des urnes c’est comme ça qu’on crée des guerres. Ils veulent une chose et son contraire, Ils ont bafoué les élections, on a privé la victoire aux vainqueurs. Attendez vous aux problèmes, que Dieu nous en garde, mais c’est possible si l’adversaire refuse de se plier par ce que le RPG est incapable d’accepter le verdict des élections de proximité, en choisissant les conseillers municipaux capables de gouverner pour diminuer les problèmes à la base. La démocratie,  c’est à la base les communes qui aident le gouvernement. Donc bloquer les communes c’est bloquer la nation, c’est un crime électoral, 342 communes seront bloquées.

Guinée panorama : A quand la désignation des maires ? Avez vous une idée ?

 Abdoulaye Bah : On n’a pas d’idées, vouloir se pronostiquer, c’est mentir. Les membres du comité de suivi se sont quittés à queue de poisson encore le 26 avril dernier donc, on ne s’est pas quand malheureusement.

Guinée panorama : Parlant justement de ce comité de suivi,  à Conakry, des discussions ont lieu avec les acteurs engagés dans le processus, vous y croyez ?

Abdoulaye Bah : non, et pour le moment c’est la déception. L’opposition va se retrouver la semaine prochaine pour en débattre.

Guinée panorama : Si vous êtes élu, que ferez vous de spécial pour le développement de la commune de Kindia ?

« l’assainissement, investir aux marché pour construire un marché en R+3 ou 4 »


Abdoulaye Bah :
Il n’ y a rien de spécial,  un homme politique est élu sur la base de projet de société, en démocratie qui touche tous les volets de la société : l’assainissement, l’éducation primaire, la santé primaire, l’économie locale, la cohésion sociale bref, ça porte sur la vie locale à kindia. J’ai été plébiscité en 2 ans, quand j’étais président de la délégation spéciale, Kindia était la ville la plus dynamique et propre de la Guinée, donc lors de ma campagne j’ai vendu mes acquis mon efficacité donc je vais continuer mon travail : l’assainissement, investir aux marché pour construire un marché en R+3 ou 4, la sécurité. Nous sommes la seule commune à avoir réactivé la police municipale, l’éducation primaire pour former les enfants à la base. Si le président Alpha Condé critique l’éducation guinéenne, c’est par ce que les enfants sont mal formés dans les communes. Si Dieu me ramène à la commune, je ferai une différence spectaculaire. Ici,  je donnerai à la Guinée une ville démocratique, une ville propre et une ville qui amorce le développement.

Guinée panorama : Quel sera votre projet phare ?

Abdoulaye Bah : c’est l’assainissement, donner à la Guinée la ville la plus propre. Je vais investir dans les éboueurs, la logistique, notamment, les camions et les tracteurs dans les outillages. Le recyclage des ordures, la transformation des engrais, toute une chaîne, être exigeant avec la propreté à Kindia crée une culture de salubrité. Deuxièmement, investir sur le marché et tant d’autres projets.

Guinée panorama : ne craignez-vous pas que le candidat du Rpg sorte gagnant ?

Abdoulaye Bah : Il n’y a pas de candidat RPG, la liste RPG, aux élections, n’a pas de tête de liste pour raison de conflit interne de leadership pour présenter un candidat jusqu’à présent le RPG n’a pas de candidat aux poste de maire donc je suis convaincu et sans crainte que je serai le maire à Kindia.

Guinée panorama : Que ferez-vous si cela arrivait ?

Abdoulaye Bah : Je ne peux pas anticiper il n’y a pas de si ! Si c’est moi le maire je ne serai pas privé d’être maire. Si ça arrive, ily’ aura conflit, il n’y’a pas de Si selon nos calculs, j’ai reçu 22805 voix 48,36 % des suffrages exprimés à Kindia, ce qui me donne 20 conseiller voir 21 si le plus fort reste donc je suis largement en tête le RPG n’a obtenu que 15 conseillers selon mes calculs, donc cette question ne se pose pas, c’est très simple.

Guinée panorama : Un dernier message à l’endroit de vos militants et aux populations de la commune de Kindia ?

Abdoulaye Bah : Le message est très simple, c’est celui qui prévaut, la mobilisation totale. Ils sont engagés et convaincus qu’Abdoulaye Bah à été celui qui a été choisi pour travailler à la mairie. Donc c’est un message d’encouragement, de félicitations et de mobilisation jusqu’à  la victoire finale, l’arrivée d’Abdoulaye Bah à la mairie.

Entretien réalisé et décrypté par Moustapha Africain Camara

Correspondant du site guineepanorama.com à kindia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here